Présentation du CMU

Mission et objectifs

Depuis 1979, le CMU (Centre de Méthodologie Universitaire et de Didactique du Français, autrefois dénommé « Centre de Perfectionnement en langue française et d’Initiation aux techniques universitaires ») a pour mission de développer chez les étudiants et futurs étudiants les compétences langagières requises dans le cadre de leurs études.

Dans ce cadre, le CMU poursuit les objectifs suivants :

  • faire comprendre aux étudiants le fonctionnement de divers types de discours universitaires : cours oraux, syllabus, présentation « Powerpoint », « Podcasts », questions et énoncés relatifs aux évaluations (travaux, examens, interrogations), ouvrages de référence, articles et ouvrages scientifiques ;
  • leur faire prendre conscience des divers rapports au savoir sollicités chez eux en fonction des spécificités disciplinaires, des types de cours et des modes d’évaluation, et les aider à maitriser des méthodes adéquates ;
  • développer, à propos de ces différents discours et activités qu’ils engendrent, une capacité de réflexion et d’analyse.

Le CMU privilégie ainsi :

  • une approche pragmatique de la question de la maitrise de la langue, ancrée dans des besoins spécifiques ;
  • une optique de formation aux discours universitaires qui constituent désormais l’environnement des étudiants.

Les enseignements du CMU se déclinent sous deux formes :

  1. les cours préparatoires: « Pratique des discours universitaires : cours de Français et méthodologie » organisés en août-septembre, et destinés à deux groupes d’étudiants :
    • les futurs étudiants de BA 1 qui sortent de l’enseignement secondaire,
    • les étudiants qui souhaitent entrer en Master et qui ont déjà suivi un cursus dans l’enseignement supérieur.

    Ces cours s’adressent aux étudiants francophones et aux étudiants allophones (niveau B 2).

  2. des séminaires « compétences langagières », organisés pendant l’année académique, correspondant à des programmes « sur mesure » en fonction des besoins, en matière de compétences langagières, liés à un cours, une filière, une faculté ou encore un projet relatif à la « promotion de la réussite » , toujours selon cette approche pragmatique qui est la nôtre.


Principes directeurs

Des interventions contextualisées

Au fil des années, de l’expérience et des recherches menées en son sein, le CMU a ancré ses enseignements dans une approche pragmatique reposant sur des interventions contextualisées en fonction des disciplines elles-mêmes, ce qui implique :

  • une analyse fouillée des besoins (par les interactions avec les enseignants des filières concernées, la connaissance des cursus et l’observation des travaux d’étudiants) ;
  • un travail sur des documents authentiques caractéristiques des rapports au savoir entretenus dans une discipline particulière : syllabus, cours oraux, présentations « Power Point », articles et ouvrages scientifiques, articles et ouvrages de référence, questions et énoncés d’examens, travaux et productions d’étudiants, … ;
  • la reconnaissance d’un apprentissage continué de la lecture-écriture, y compris dans l’enseignement supérieur (ce que soutiennent à présent les chercheurs et praticiens impliqués dans le champ de la didactique du français de l’enseignement supérieur, et plus spécialement le champ des littéracies universitaires) ;
  • une démarche pédagogique basée sur l’interactionnisme et le développement de l’autonomie.

Flexibilité

Attentifs au fonctionnement filières et facultés, à l’organisation et à la teneur des cours ainsi qu’aux difficultés propres des étudiants, nous adaptons la formule des séminaires selon les cas. Ainsi, tantôt nous nous intégrons dans un processus existant lié à la promotion de la réussite dans l’une ou l’autre faculté ou filière, tantôt nous développons un système propre, bien sûr toujours contextualisé selon les besoins et en étroite collaboration avec les titulaires des cours au sein desquels nous intervenons.

Méthodes innovantes, en phase avec la recherche en didactique du français et dans le champ des littéracies universitaires.

Au fil des années, l’expérience et les observations sur le terrain, mais aussi les apports de la recherche en didactique du français dans l’enseignement supérieur, ont permis aux enseignants du CMU de faire évoluer leurs pratiques.

Cette évolution a ainsi conduit à revisiter la notion de compétences linguistiques en termes de compétences langagières (qui désignent la capacité à utiliser la langue en situation, en contexte, pour répondre à des enjeux de communication particuliers, dans notre cas celui de l’enseignement supérieur). C’est cette approche pragmatique, visant à développer les compétences langagières des étudiants en contexte, qui prévaut actuellement. Ces principes s’inscrivent dans un champ de recherche en pleine expansion : celui des littéracies universitaires, qui amène à prendre en compte, dans la réflexion sur l’enseignement de la langue, la question des pratiques de lecture-écriture dans les disciplines universitaires, en lien étroit avec les manières d’y pratiquer la recherche et produire le savoir.

Pour plus d’informations :

  • M.-C. Pollet, « Du perfectionnement en langue française au développement de compétences langagières : le chemin vers la contextualisation », De la maitrise du français aux littéracies dans l’enseignement supérieur : quelles compétences langagières ?, P.U. Namur, Collection Diptyque, 2012, pp. 5-18. (Disponible en ligne)

En termes de recherche, la philosophie générale du CMU s’inscrit dans le champ des littéracies universitaires. Quelques références à ce sujet :

  • M.-C. Pollet, « From Remediation to the Development of Writing Competences in Disciplinary Context. Thirty years of Practices and Questions », dans : C. Thaiss, G. Bräuer, P. Carlino, L. Ganobcsik-Williams and A. Sinha, (eds), Writing Programs Worldwide: Profiles of Academic Writing in Many Places, Anderson, South Carolina : Parlor Press and the WAC Clearinghouse, 2012, pp. 93-103. Disponible en ligne
  • M.-C. Pollet, « Entrer en littéracie historique par le biais d’un roman pas comme les autres », Scripta. Lingusitica e filologia, n° 30 : Práticas de leitura e de escrita no ensino universitário e/ou na vida profissional (Les pratiques de lecture et d’écriture dans la formation universitaire et/ou dans la vie professionnelle), PUC Minas, Brésil, 2012, pp. 287-305.
  • M.-C. Pollet, Pour une didactique des discours universitaires. Étudiants et système de communication à l’Université, Bruxelles, De Boeck, 2001.


Enseignements du CMU

Concrètement, les assistants encadrent les étudiants dans des séminaires :

      • élaborés en fonction d’analyses des besoins constamment actualisées ;
      • centrés sur la compréhension de divers types de discours universitaires et sur la production d’écrits par les étudiants (anticipation et analyse de questions d’examen, production de réponses, de résumés, plans, reformulations, prise de notes, …) mais aussi sur lacompréhension d’articles et ouvrages scientifiques ;
      • développant non seulement des compétences langagières appropriées selon le contexte disciplinaire mais aussi une capacité de réflexion et d’analyse (par le biais notamment de corrections systématiques, collectives et/ou individuelles) ;
      • reposant sur une approche contextualisée et pragmatique : authenticité des supports, réalisme des activités, travail mené en interdisciplinarité, le CMU présentant la caractéristique de réunir deux types d’assistants : des linguistes et des spécialistes de disciplines (ou de groupes disciplinaires).